Obeiron, un conteur-musicien

Obeiron, un conteur-acteurJe suis conteur, auteur, interprète et compositeur. Je crée des spectacles où je conte des histoires théâtralisées par des dialogues ainsi qu’une narration selon des choix de mise en scène. Puis je compose des phrases musicales pour faire durer le suspense ou faire rêver. J’agrémente l’ensemble de mime ou de théâtre d’objet. J’y développe différents univers autour de l’Afrique, l’Asie, la Bretagne ou l’Occident Urbanisé.

J’ai développé et approfondit mon répertoire avec l’association « Les tisseurs de contes » à Rennes, à la maison du Ronceray. Grâce à eux, j’ai bénéficié de stages de théâtre et de conte auprès du « Roy Hart Théâtre », d’Anne Le Merdy ou de Philippe Sizaire. Avant cela, il y a eut une autre époque de travail collectif où la parole était partagée. Avec l’association « Au fil du conte » de Colombe Lecat-Warda j’ai commencé à raconter des histoires dans des soirées à scènes ouvertes dès 2003.

Une formation musicale 

J’ai commencé la guitare en 1995,.. jusqu’à avoir étudié les différents modes d’improvisation, les règles de composition des accords,.. Puis la flûte avec le cercle celtique et Dimitri Boekhoorn, ou encore avec un musicien-luthier, Julien Coste qui m’influence encore  avec son projet Nomadagad . Enfin, il y a le cithéra, instrument d’origine médiévale, étudié avec le luthier et professeur Didier Beauclair. J’ai ensuite ajouté la sansa, appelée aussi piano à pouces, qui émerveille, tout autant que la flûte, tous les enfants… De fait, pour pouvoir jouer et interpréter les contes librement, je dois utiliser une pédale d’effet Looper, qui me permet de superposer deux phrases musicales. Je peux ainsi jouer mes personnages et raconter mon histoire tout en laissant la musique accompagner la scène.

La découverte du conte de féeObeiron, un musicien

La découverte du conte de fée s’est faite autour d’une émission que j’animai à radio G ! Entre 2001 et 2002  je présentai des associations culturelles, sociales ou humanitaires. Colombe Lecat-Warda est venue présenter son association et nous a raconté une histoire. Comme j’avais l’air d’apprécier, elle m’a invité lors de l’un de ses temps de contes, et j’ai pu raconter ma première histoire. J’avais les jambes en coton…mais il paraît que cela ne se voyait pas du tout … et j’ai voulu continuer. Puis il y a deux livres, « la Psychanalyse des contes de fée » de Bruno Bettelheim et « L’interprétation des contes de fée » de Marie-Luiz von Franz. J’y ai trouvé tant de magie que je n’ai pu me séparer du conte depuis 2003.